Sign in / Join

Comment contester la clause bénéficiaire d'une assurance vie ?

Après un décès, les héritiers peuvent découvrir l’existence de contrats d’assurance vie signés par le défunt. Ceux-ci sont relatifs à des placements financiers parfois conséquents représentant l’épargne du défunt. Les contrats d’assurance vie par clause bénéficiaire notifient les bénéficiaires des fonds. Mais dans certaines conditions, les héritiers peuvent ressentir le besoin de contester la clause bénéficiaire du contrat d’assurance. Apprenez-en plus ici.

La remise en cause du contrat d’assurance vie : que savoir ?

Le contrat d’assurance n’intègre pas la succession d’après l’article L132 -12 du Code des assurances et ne sera donc pas remis en cause en tant que tel.

A lire également : Comment savoir si un investissement immobilier est rentable ?

En réalité, les héritiers qui se sentent lésés face à la valeur du contrat ne sont pas autorisés à contester les dispositions du contrat, quelle que soit la somme concernée.

Cependant, ils disposent d’une option de recours leur permettant de contester les primes versées par le défunt en cas d’exagération. Mais il faudra prendre en compte l’article L132-13 du Code des assurances.

A lire en complément : Quel investissement immobilier est le plus rentable ?

La contestation de la clause bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie

Le bénéficiaire énoncé dans le contrat d’assurance vie a un droit direct et exclusif sur la rente ou le capital inscrit dans le contrat. Le montant des primes considéré comme manifestement exagéré doit être rajouté à l’actif successoral et peut être de ce fait touché par les héritiers.

Une telle demande peut être formulée non seulement par les héritiers, mais aussi par tout individu qui trouve un intérêt à le réclamer. Dans cette optique, nous vous conseillons de vous faire accompagner par un avocat spécialiste du droit des successions. La saisir du tribunal étant nécessaire pour engager une véritable procédure judiciaire.

Notons toutefois que le caractère manifestement exagéré ne pourra être évalué qu’au versement des primes et non lors du décès. Pour mieux étudier ce caractère, les juges ont recours à différents facteurs, dont la situation patrimoniale et familiale, l’âge du souscripteur de même que l’utilité du contrat pour le souscripteur.

L’évaluation se réalise au cas par cas avec l’intervention de la Cour de cassation qui étudient les motivations retenues par les juges du fond.

En définitive, il n’est pas possible de contester la clause bénéficiaire. Toutefois, vous pouvez réintégrer une partie des primes versées par le défunt dans l’actif successoral à condition de réussir à prouver que les primes qu’il versait s’avèrent manifestement excessives par rapport à son âge, sa situation familiale et patrimoniale, l’utilité du contrat.